Le Prince est mort
Vive le prince


SITUATION POLITIQUE
Le Prince, au sein de l'Élysium de sa Cour du Louvre, semble avoir tout pouvoir Il décide des rôles de chacun dans la communauté vampirique parisienne. Cet état de fait a renforcé l'importance de la Cour et des courtisans, une faveur accordée par Villon pouvant changer le cours de la non-vie de n'importe quel Cainite, en bien ou en mal. Néanmoins, le Prince doit composer avec les membres puis-sants des autres clans, écouter leurs doléances (parfois leurs exigences) et arbitrer leurs conflits.
Certains clans trouvent que la façon dont Villon dirige Paris n'est pas toujours à leur goût, beaucoup se voient à sa place et échafaudent des plans visant à le faire disparattre et à le remplacer par une marionnette plus docile. Villon est généralement au courant de ces manigances et s'en arrange, retournant parfois le besoin viscéral qu'a le vampire, arrivé à un certain âge, de comploter Avec la maestria qu'on lui connaît, il tisse et retisse le fil des complots et des intrigues. Fâchant les alliés d'hier, montrant de nouvelles cibles àceux qui désirent passer à l'action, créant la suspicion dans les rangs même des comploteurs.
Le conseil des Primogènes semble être le seul contre-pouvoir existant. Il est constitué de vampires appartenant àchaque clan important. Le Prince leur demande conseil sur certains problèmes épineux (bien qu'il arrive régulièrement qu'il n'en fasse qu'à sa tête). Cependant le conseil joue un rôle important dans la cohésion des clans au sein de la Camarilla et donne l'impression de pouvoir influer sur la politique parisienne.

L'exécutif du gouvernement est constitué d'Archontes qui forment le bras armé de la justice du Prince, ils sont sous ses ordres directs et ont le devoir de protéger Paris de tous ses ennemis (vampires, garous, mages, inquisition, la liste est longue).
Autour de la capitale s'étend une banlieue où le pouvoir de Villon a beaucoup moins d'impact. C'est là que se réunis-sent les forces du Sabbat. Cn ne discerne pas une politique construite de leur part, néanmoins leur désir de prendre le contrôle de Paris ne fait pas le moindre doute.
Bien que désordonnés, les efforts de destruction produits en ville par certains groupes de jeunes vampires (on a entendu parler de 15' génération) qui se vantent d'appartenir à la Main Noire donnent bien du fil à retordre aux Archontes. Ces derniers ont le plus grand mal à conserver la discrétion qui accompagne les camaristes quand ils doivent stopper dans le sang et la violence les assauts suicidaires de leurs cousins renégats.
Outre ses actes isolés, la présence sabbatique se veut résolument discrète en ce moment, ce qui n'empêche pas de nombreux vampires des deux camps d'entretenir des relations autant profitables que discrètes.
Le Sabbat amasse forces et alliés en espérant trouver le bon moment pour frapper un coup décisif au moral de la Camarilla, c'est en lui volant sa capitale, son symbole, qu'il veut démontrer aux yeux du monde des ténèbres qu'ils sont la seule voie à suivre, les seuls à pouvoir contrecarrer les plans des Antédiluviens.


SYNOPSIS
La Géhenne approche, les signes avant-coureurs sont là, même les plus sceptiques ne peuvent les ignorer.
Villon, prince de Paris, oeuvre déjà afin de s'y prépa-rer et organise ses forces. Depuis la fin de la seconde guer-re mondiale sa position n'a pas éte inquuété de façon significative.
Pourtant Si d'un point de vue extérieur il est parvenu à instaurer dans la capitale le pouvoir central et sans partage qu'il avait tant désiré, il se retrouve une fois de plus dans une situation où ses projets seront bloqués par une opposition qui n'a cessé de se renforcer Sa marge de man?uvre est trop faible pour ses plans, aussi a-t-il décidé d'affaiblir ses ennemis sans exposer ses forces. Seulement le temps lui est compté ; aussi va-t-il comme à son habitude improviser un plan visant à ce que s'entre-déchirent ses opposants tandis qu'il attendra le bon moment pour intervenir
Pour cela il va organiser sa propre mort devant témoins et attendre que toutes les factions s'épuisent à vouloir occuper le trône du Louvre. Les témoins seront évidemment les personnages qui seront plongés bien malgré eux dans les méandres de la vie politique parisienne.
La première partie consistera à confier aux personnages une tâche relativement facile à réaliser Ils devront, qu'ils réussissent ou non, en rendre compte directement au Prince. Devant celui-ci ils feront leur rapport quand, sortant de nulle part, un vampire à la peau très sombre (un Assamite à n'en pas douter) se précipitera sur le Prince. Se déplaçant à une vitesse que l'?il aura du mal à suivre, il le frappera jusqu'à ce qu il ne reste plus de lui que des cendres.
Cette mise en scène est orchestrée par un Ravnos, ami indéfectible du Prince, dont les talents en Chimérie seront ici d'une grande utilité. Dillusion de l'Assamite disparaît, laissant les personnages seuls dans le salon particulier du Louvre. Ils doivent apprendre à la cour la mort du Prince et seront convoqués devant le conclave extraordinaire des Primogènes qui aura lieu dès le lendemain.
Durant le conclave alors que le débat devient houleux et que se précise le choix du nouveau Prince, la Primogène toréador (Isabelle, infante de Villon et liée par le sang au Prince, elle est aussi dans la confidence) sort de sa manche une lettre de Villon. C'est une forme de testament où il demande de confier la charge de Prince à la dernière per-sonne avec laquelle il s'est entretenu - en attendant que le conseil élise un nouveau Prince à l'unanimité.
Cette dernière plaisanterie du Toréador jette un froid dans l'assemblée. Elle est très vite décriée par le Primogène ventrue, Cédric du Plessis, qui envisageait de terminer le conclave par sa nomination à la tête de Paris. La motion est passée au vote et une majorité se dégage pour la proposition de Villon qui laisse à tous l'opportunité de briguer le poste. Lun des personnages se retrouve donc Prince de Paris par intérim. Le Ventrue hors de lui est à deux doigts d'arracher le coeur du nouveau Prince qui n'est sauvé que par l'interven-tion du Primogène brujah, Connor, lequel n'attend qu'une excuse pour se permettre de briser l'importun en deux.
Durant la suite du scénario le nouveau Prince et ses camarades (les seuls vampires dont il peut encore espérer un peu de confiance) devront gérer les problèmes de la ville sans rien y connaître, tisser des alliances avec des vampires roués aux jeux de la politique et protéger leurs vies contre des ennemis bien plus puissants qu'eux. Ils seront eux-

mêmes protégés de loin et à leur insu par des alliés de Villon afin de faire durer la situation.
Quand les règlements de compte entre les principales factions (Ventrues, Brujahs, Tremeres, Giovanni, etc.) auront épuisé leurs forces et leur ardeur, Villon reprendra sa place, attendant le moment le plus propice et sans donner la moindre explication. Après tout, il est le Prince et ne doit de compte à personne.
Tout rentrera dans l'ordre.


ACTE I

Scène I : CONVOCATION
La nuit est chaude ce soir, comme elle l'a été tout le long de cette semaine ennuyeuse. Pourtant cette soirée risque d'être assez différente.
Le Prince lui-même vous a convoqués à la cour et vous ne connaissez personne pouvant s'offrir le risque de le faire patienter En approchant du Louvre vous ne pouvez vous empêcher de vous demander ce qui peut causer cet intérêt. Vous n'avez rien fait qui nuise à la Camarilla (enfin rien de connu) et même Si votre comportement n'a pas toujours été irréprochable, vous ne voyez pas quel crime aurait pu vous conduire à cette rencontre.
En pénétrant dans le monument par l'entrée réservée à ceux qui ne peuvent plus marcher à la lumière du jour, vous tentez de vous rassurer par l'idée grotesque qu'il désire vous voir personnellement afin de vous féliciter, voire de vous récompenser Il est encore préférable de se mentir plutôt que d'affronter la vérité vous ne savez pas ce que vous faites ici et ce n'est pas de bon augure.
En traversant les salles du Palais vous atteignez les salons de la Cour. Dans ces chambres éclairées avec recherche, vampires et oeuvres d'art se côtoient sans que vous puissiez distinguer ce qui est le plus ancien des invités ou du décor A votre approche, quelques regards vous frôlent mais ne s'attardent pas. Leurs propriétaires replongent dans d'interminables conversations ponctuées de bons mots où peuvent se faire ou se défaire le statut d'un vampire.
Les coteries réunies sous les lustres de cristal forment des groupes hétéroclites. Certains, réunis par le goût des arts, se lancent dans des improvisations théâtrales ou musicales. D'autres se contentent de trouver une nouvelle victime à leur persiflage cruel.
Devant la salle du trône une harpie vous accoste tout sourire dehors et vous fait patienter. Vous n'êtes pas le seul à être attendu par le Prince. Quand le dernier des vampires montre son nez, la harpie vous dirige vers les portes épaisses qui vous séparent de la salle du trône.
À votre arrivée un silence pesant se fait. Le Prince, d'un simple geste de la main, fait vider la pièce. Les acolytes passent les lourdes portes en vous lançant des regards de haine ou d'envie.
Vous voilà maintenant devant celui à qui tous les vampires de la ville doivent une obéissance aveugle. Vous n'osez lever la tête et croiser son regard de peur de le voir cour-roucé contre vous, pourtant quand n'y pouvant plus vous
contemplez enfin la lumière qui brille dans ses yeux bruns, c'est de l'amour que vous y trouvez. Lamour infini d'un père pour ses enfants.
Devant vous, à peine à portée de main, la créature la plus admirable du monde s'offre à vos yeux avides de beauté. Nul défaut ne vient obscurcir la perfection de ce tableau vivant à qui vous offririez volontiers mille fois votre non-vie pour ne serait-ce qu'une nuit de plaisir
Mais votre coeur et votre esprit s'égarent et il faut vous reprendre.
Ses lèvres s'entrouvrent, vous vous laissez bercer par la musique de sa voix avant de tenter d'en dégager le moindre sens. C'est une question: "Que pensez-vous de la menace du Sabbat?"
Personne ne songe à y répondre, d'ailleurs à quoi bon. Tous savent que les agents du Sabbat n'osent pointer leurs canines dans la capitale, les rares téméraires à s'y risquer sont rapidement exécutés par les Archontes dans le plus profond respect des règles de la Camarilla.
Devant votre mutisme, Villon poursuit : "Ne pensez-vous pas que quelqu'un devrait voir dans nos bansicues ce qu'y préparent ces renégats et m'en tenir informé?"
Cette fois-ci l'un de vous réussit à extirper un oui timide de sa gorge.
Resplendit alors sur le visage de Villon un sourire éclatant. "Je suis ravi que vous vous Portiez spontanément volontaires pour cette tâche ardue. Je suis sûr que vous ne me décevrez pas." Vous annonce-t-il avant de vous donner congé.
Comme prévenu par je ne sais quel signal silencieux, les portes s'ouvrent, répandant dans le silence de la salle rires et éclats de voix des courtisans dont le nombre remplit rapidement toute la salle.
La Cour reprend et déjà le regard du Prince se porte ailleurs. Vous préférez quitter la salle et retrouver les autres vampires qui comme vous ont été choisis par Villon pour cette mission de la plus haute importance.

SCENE 2 : RENCONTRES SOUS LES LAMBRIS
À moins d'appartenir au Sabbat et d'avoir des connexions étroites avec les ennemis de la Camarilla, il va bien falloir aller à la recherche de l'information. Par chance, les personnages pourront compter sur la curiosité des vampires de la Cour afin de les aborder et de les interroger sur leur ennemi héréditaire. Cela pourrait leur fournir un début de piste.
S'ils préfèrent quitter les lieux au plus vite, ils seront néanmoins assaillis par une pléthore de leurs semblables avant d'avoir la moindre chance de s'en aller discrètement.
De plus, ils auront la mauvaise surprise de s'apercevoir (alors qu'ils pensaient que leur entrevue avec le Prince était inscrite sous le sceau du secret) que la moitié de l'assistance, au bas mot, ne semble rien ignorer du but de leur mission. Cela risque de mettre en péril leurs chances de réussite Si le Sabbat, qui a peut-être des espions à la Cour, n'ignore rien de leurs intentions.
Voici une liste non exhaustive des rencontres qu'ils pourront avoir dans le palais du Louvre.


JE LE DIRAIS A MON PAPA

Une jolie Toréador très curieuse voudra tout connaître de leur entrevue avec le Prince, elle est nouvellement arri-vée et ne l'a jamais vu plus de quelques secondes (ce qui ne l'aura pas empêchée d'en être marquée pour le reste de son existence).
Elle suivra les personnages comme une sangsue, en leur posant des tas de questions personnelles, faisant fi des menaces. Elle finira par partir quand les personnages se montreront physiquement brutaux. Elle reviendra alors avec son sire, un Toréador influent, qui se fera une joie grâce à son statut de les remettre à leur place.

DÉSINFORMATEUR

Un Toréador, aigri que le Prince fasse appel à des vam-pires de deuxième classe alors qu'il y a tant de Cainites compétents dans son propre clan, se montrera charmant avec les personnages. Ce qui ne l'empêchera pas de les induire en erreur avec des "renseignement surs
Cela passera par des adresses sans histoire où est cen-sée traîner la vermine du Sabbat. Il poursuivra avec l'identité de vampires au-dessus de tout soupçon qui auraient des contacts avec des meutes sabbatiques ou encore par de faux secrets éclaboussant des personnages importants, etc.
Le Toréador les abandonnera en leur faisant jurer de gar-der le secret le plus total sur l'identité de leur informateur.

PROPHÉTIE

Un Malkavien viendra les trouver, prendra l'air inspi-ré d'un prophète biblique et leur annoncera d'un ton sen-tencieux qu'il a eu une vision. Les personnages seront l'avenir de la Camarilla et le destin de la ville sera lié au leur.
Il repartira dans la foule et disparaîtra de leur vue (la grande magie de l'Occultation).

SOUVENIRS DE GUERRE

Un Brujah massif leur racontera la sauvagerie d'un de ses combats contre l'une des meutes du Sabbat montée àParis pour créer sa vision de l'enfer sur Terre. Avec une accumulation de détails que l'on pourrait qualifier de gores, ponctués d'exclamations de satisfaction et de gestes brusques à forte connotation guerrière, leur brave interlo-cuteur leur dépeindra un vivant tableau de ce qu'ils risquent de rencontrer durant leur pérégrination dans les quartiers peuplés par les vampires anti-Camarilla.
S'ils restent jusqu'à la fin, les personnages pourront peut-être en apprendre un peu sur les disciplines des sabba-tiques et sur les endroits qu'ils côtoient.

J'Y VA-T-Y, J'Y VA-T-Y PAS

Un Tremere se risquera à les approcher après avoir passé toute la soirée à les suivre discrètement. Il s'apprêtera àprendre contact avec eux quand, hésitant un instant, il rebroussera chemin et ne reparaîtra plus de la soirée.
Il fera de même Si l'un des personnages tente de le ren-contrer
APPELEZ-MOI, TRÈS CHER

Un Ventrue dans un magnifique costume du XVII siècle s'avancera vers eux. Leur parlant comme à des enfants il leur proposera d'échanger leurs renseignements quand ils auront progressé plus avant dans leurs recherches. En fait s'ils désirent te contacter dans te futur, il leur propo-sera un rendez-vous afin de leur voler leurs souvenirs et de modifier leur mémoire (par Domination évidemment). Travaillant pour le compte du Primogène ventrue, il désire voir Villon le moins renseigné possible et rassembler pour son maître les résultats de leur enquête. Il n'est pas impos-sible qu'il leur implante des faux souvenirs Si ce qu'ils auront pu rassembler se révèle trop important.
Bien qu'extravagant il devra donner bonne impression aux personnages et leur rendra de menus services pour entrer dans leurs bonnes grâces.

CE MATIN, UN LAPIN?

Une jeune Malkavienne leur proposera, pour les aider, de leur confier un pendentif (sans grande valeur marchan-de) qui les protégera des lapins. Elle leur précisera qu'ils sont très dangereux puisque c'est pour eux la saison des amours.
Si les personnages l'interrogent sur le Sabbat, elle leur répondra que Villon est totalement inconscient de la mena-ce lapine et qu'il devrait s'en préoccuper davantage que de la présence de sabbatiques à Paris.
Elle leur chuchotera, avec une mine de conspiratrice, qu'elle compte énormément sur eux pour apprendre au Prince où se trouvent ses vrais ennemis.

TOUTABAPRIX

Une Brujah se fera un plaisir d'offrir aux personnages ses services. Elle peut, contre monnaie sonnante et trébuchan-te ou contre un service qu'elle leur rappellera dans le futur, leur fournir le meilleur matériel d'autodéfense disponible sur le marché. Elle aura pour devise "Fais plus de mal à ton ennemi qu'il ne pourra jamais t'en faire".
Dans son catalogue - outre les éternels gros calibres capables d'arrêter net une pauvre voiture sans défense et de discrètes vestes pare-balles en kevlar qui ne les transforme-ra pas en Bibendums Michelin - les personnages pourront trouver un lance-harpon (en bois), des arbalètes, des balles d'argent (au cas où) et des lampes à ultraviolet portables (pas trop efficace contre les goules précisera-t-elle, mais fai-sant leur petit effet sur les sangsues d'en face).
Elle s'arrangera pour livrer le ou les intéressés au plus vite Si elle parvient à trouver un terrain d'entente.
Quoi qu'ils fassent ils ne pourront la quitter sans qu'el-le leur laisse à tous son numéro de portable (elle en vend aussi d'ailleurs), où ils pourront la joindre à toute heure de la nuit.

SCENE 3 / SUR LES TRACES DU SABBAT

Qu'ils y parviennent par leurs propres moyens ou qu'ils y soient poussés par une âme charitable, les personnages
finiront par trouver des traces de sabbatiques. Elles sont plus difficiles à dénicher que prévu pour des vampires qui n'ont pas une réputation de discrétion à soutenir.
Selon leur motivation et leur tempérament, ils pourront soit réunir furtivement quelques preuves de l'existence de cette engeance malsaine à grands coups de téléobjectif et d'enregistrements à distance (avec de la chance parvien-dront-ils peut-être à découvrir quelques-uns de leurs projets secrets), soit joindre des pièces plus concrètes au dossier en revenant avec la tête de leurs proies. Là aussi les possibilités sont multiples, à vous de faire le choix qui s'adaptera le mieux avec votre chronique, voici des propositions de mini-intrigues que vous pourrez mélanger à souhait.

TA MÈRE EN CALEÇON EN PLEIN SOLEIL

C'est en remontant la piste du numéro d'une plaque minéralogique (appartenant à un véhicule volé que condui-sait une bande d'individus très suspects) que les personnages déboucheront dans une de ces magnifiques cités tout en béton qui font tant pour la beauté du panorama des ban-lieues parisiennes. Après une enquête rondement menée, ils finiront par s'adresser à la jeune population locale qui se montrera généralement avare en renseignements mais com-pensera ce vide dans la conversation par des insultes très imagées à caractère vaguement sexuel. Mais ce mutisme passager devrait se régler avec l'emploi de la Domination, quoique la Puissance, sans doute moins subtile, fasse aussi bien l'affaire dans la situation actuelle.
Aiguillés vers le bon chemin, les personnages pourront assister au beau milieu de la nuit à un spectacle insolite. Dans un terrain vague, autour d'une voiture en feu, une dizaine de vampires s'insultent, se provoquent puis finissent par bondir par-dessus le véhicule en flammes. (Si les joueurs ont encore des doutes, les bonds de deux mètres au-dessus de l'épave devraient leur faire comprendre qu'ils n'ont pas affaire à de simples mortels.) La soirée se poursuit dans la même ambiance et se termine quand tous les Camites auront exécuté leur dangereuse cascade au-dessus des flammes. Les vampires clôtureront leur festivité en formant un cercle et en se partageant une bassine remplie de sang. Chacun y buvant goulûment à tour de rôle sous les cris de joie de ses compagnons.
Si les personnages n'interviennent pas, le groupe de sabbatiques ira se perdre dans le labyrinthe des caves de la cité. Sinon ils devront affronter les vampires en transe prêts à combattre jusqu'à la mort. Le groupe est formé de quatre Brujahs antitribus, de trois Ventrues antitribus, d'un Malkavien antitribu et d'un City Gangrel antitribu. Le chef de ce petit groupe est un jeune Lasombra qui doit faire ses preuves. Ils sont plutôt orientés combat, bien armés, quand à leur génération elle devrait se situer entre la 1Oe et la 13e.

PRISONNIER VOLONTAIRE

En suivant les indications d'un vieux Nosferatu avec lequel ils ont été en relation, les personnages se retrouve-ront en face d'une église désaffectée. D'après leur contact, ils devraient trouver à l'intérieur un Tremere antitribu et une goule lui appartenant. Puisque l'existence révèle beau-coup de surprises c'est trois Tremeres antitribus qui se nicheront exceptionnellement dans ce trou à rats. Pour compliquer un peu t'affaire ils sont accompagnés d'un Tremere de la Camarilla (l'un des personnages l'aura déjà croisé et le reconnaîtra dès qu'il le verra).
Tout ce beau petit monde se trouve dans les caves humides où le camariste est en train d'enseigner les secrets de la Thaumaturgie à ses hôtes avides de connaissance. Que le Tremere soit prisonnier ou qu'il soit là de son propre gré doit rester ambigu. Si les personnages décident d'intervenir, il ne participera pas au combat.
Les personnages ne devront pas trop compter sur l'élé-ment de surprise, à moins de se débarrasser de l'esprit gardien dont le seul rôle consiste à alerter son maître de la présence des fâcheux.
Si les Tremeres antitribus trouvent l'opposition trop importante, ils tenteront de s'enfuir en traversant un miroir qui les transportera en lieu sûr (Traversée du miroir, rituel de niveau quatre), laissant leur "prisonnier" reconnaissant derrière eux. Ce dernier se fera un plaisir de renseigner ses sauveteurs sur les projets de ses geôliers s'ils lui promettent de garder le secret sur sa présence ici.

CONVERTISSEZ-VOUS

Les trois premières pistes n'ayant pas été vraiment concluantes, c'est avec beaucoup de circonspection que les personnages accueilleront leur informateur (je vous conseille d'utiliser le Toréador aigri). Il est enthousiaste, l'information est vérifiée et ils n'auront pas cette fois-ci à attendre deux nuits pour rien dans un parking de supermar-ché. Il a pu obtenir l'adresse temporaire d'un petit vampire qui se cache dans un hangar d'une zone industrielle déserte la nuit. Il pourrait en savoir long sur les agissements du Sabbat, s'empressera de rajouter le Toréador de son sourire le plus charmant.
Il s'agit d'un Brujah antitribu, comme si quelqu'un pouvait faire la différence s'esclaffera-t-il, riant seul de sa plaisanterie. Pour une fois, les informations seront exactes àune petite exception près. Le vampire en question est un 7e génération. Leur informateur souhaite envoyer les person-nages vers une mort définitive et il a toutes les chances d'y parvenir.
Pour leur bonheur, le vénérable ancêtre est un ancien anarch idéaliste qui suit la voie de l'Harmonie, aussi au lieu de tuer les personnages il préférera les capturer vivant. Une fois hors d'état de nuire il les transportera ailleurs et tentera de les convertir au Sabbat. Il leur expliquera que leur destin est tout tracé par des vampires anciens qui n'attendent que la Géhenne pour revenir et massacrer tous les plus jeunes de leur race. Il ajoutera que la Camarilla est un pion que mani-pulent ces monstres en torpeur et que seul le Sabbat a la lucidité et la capacité de faire échouer leurs plans.
Leur ravisseur les nourrira le temps qu'il faudra et se montrera patient et pédagogue avec eux pour que le message puisse passer Si certains s'intéressent vraiment à ses dis-cours et qu'ils se montrent sincères (ce qu'il peut vérifier sans trop de mal avec son niveau d'Augure), il les laissera repartir avec leur foi en la Camarilla un peu ébranlée et un moyen de le contacter s'ils désirent rejoindre le Sabbat.


Les plus récalcitrants devront pour leur part trouver un moyen de s'échapper S'ils n'ont pas d'idée laissez-les patienter quelques nuits. Puis, profitant d'une des rares absences de leur ami parti chasser pour eux, faites intervenir un Lasombra qui se débarrassera de la goule qui les surveille et les libérera en leur retirant les pieux désagréables qu'ils avaient dans le coeur Il se fera passer pour un membre de la Camarilla et abandonnera bien vite les personnages à leur destin soudain plus rose. Il en profitera pour rapporter à un cardinal ou à un archevêque que le vieil anarch a laissé repartir vivants des vampires du camp ennemi et qu'il espère une récompense pour avoir mis, anonymement, la lumière sur ces faits accablants.
Le Brujah antitribu s'en tirera avec un sérieux avertisse-ment et le Lasombra avec la tête sauvagement arrachée du corps, deux nuits plus tard.

SCÈNE 4 : LA MORT DU PRINCE

Les derniers événements qu'ils viennent de vivre devraient permettre aux personnages de demander audien-ce auprès du Prince. S'ils tardent à le faire, c'est le Prince qui les convoquera de nouveau.
La Cour n'aura en leur absence rien perdu de son faste, bien au contraire la fête et les rires seront leur cortège tandis qu'ils approchent de la salle du trône. Une fois leur arrivée annoncée, la salle se vide pour laisser le Prince s'entretenir seul avec ses invités de marques, quittant pour un moment la protection de ses gardes du corps.
Il écoute patiemment les explications que lui fournis-sent les personnages, quand une ombre d'inquiétude passe sur son visage d'archange. Jaillissant de nulle part, un vampire se jette férocement sur Villon, pointant vers lui les poignards à lame courbe qu'il tient dans chacune de ses mains.
Ses attaques sont Si rapides qu'elles semblent impa-rables. Pendant ce bref instant, le corps du Toréador est percé de dizaines de blessures et un râle s'échappe de sa gorge avant que son corps ne tombe en poussière sur le parquet ciré.
Les personnages stupéfiés voient lentement l'assassin se retourner vers eux. Il est grand, sa peau d'un noir profond et son allure féline donnent l'impression d'avoir une panthère face à soi. Seul un rictus de satisfaction semble marquer la joie de sa victoire sur Villon. Quant à son regard de préda-teur, il s'attarde un peu trop sur les personnages pour que cela soit bon signe.
Il se reprend finalement et disparaît dans le néant dont il est venu. Abandonnant les personnages dans la pièce, il leur laisse le triste privilège d'annoncer la mort du Prince à la Cour
La réaction première est l'incrédulité. Rapidement les gardes du corps s'aperçoivent de l'absence de Villon et placent les personnages sous bonne garde dans la salle du trône. Le prévôt accourt et débute les recherches, il récupè-re les restes de Villon dans un vase et prend les dispositions nécessaires pour que tous les Primogènes soient prévenus de la situation.

Dans le palais, c'est la surprise et la consternation. Il est inutile de chercher à cacher la nouvelle qui s'est déjà répandue par-delà l'enceinte du Louvre. Les personnages sont séparés et interrogés pendant une demi-heure avant d'être conduits vers des chambres rapidement transformées en cellule.
Le prévôt viendra les visiter plus tard dans la soirée. Visiblement accablé, il prendra le temps de leur apprendre qu'ils seront attendus le lendemain par les Primogènes. Ils devront rester enfermés afin qu'il puisse assurer leur sécuri-té, aucune visite n'est autorisée.

SCENE 5 : LE CONCLAVE
Compte tenu de la situation de crise, un conclave extra-ordinaire est organisé, tes personnages y seront entendus une nouvelle fois. Tous les Primogènes y sont présents à l'exception du Gangrel resté introuvable. Son absence ne semble par ailleurs déranger personne.
Leur témoignage ayant fini de convaincre définitive-ment l'assistance de la mort de Villon, les personnages seront témoin du début des négociations. Celles ci s'enta-ment avec sérénité, pourtant on sent poindre de la nervosi-té derrière les échanges emprunt de politesse.
Cédric du Plessis, Primogène ventrue "Il est clair que Paris ne peut souffrir d'être privé d'un Prince ne serait-ce qu'une nuit de plus."
Connor, Primogène brujah: "Je présume que sa seigneu-rie a déjà une idée sur la question?"
Le Primogène malkavian: "Je demanderai à l'un de mes infants Si l'un d'entre eux est intéressé, je peux vous rendre ce service mes amis
Du Plessis : "C'est une affaire qui réclame le plus grand sérieux, il paraît évident que je suis le seul id à avoir les qualités nécessaires pour tenir le rôle de Prince."
Connor: "En tout cas le seul à le hurler sur tous les toits"
Du Plessis: "Qui d'autre proposez-vous ? 'IL Camarilla est dirigée par ceux de mon clan partout ailleurs. il est grand temps que Paris ne forme pas l'exception à ce brillant édifice et je suis Prêt à me sacrifier à cette haute tache qu'est la direction des affaires de Paris."
Connor: "C'est nous que vous allez sacrifier à l'autel de votre orgueil, aussi je me dois de me présenter à la succession de Villon puisque personne ici n'en a le cran"'
Du Plessis: "Vous 7 Au pouvoir ? Autant directement céder la ville au Sabbat, nous gagnerions du temps.
Isabelle, Primogène toréador : "Mes amis, ces palabres sont vaines. Il est manifeste que le choix d'un Prince nous incombe et que la perte de François demeurera le plus triste évé-nement qui puisse frapper Paris. Néanmoins je désire que vous hooriez sa mémoire une dernière fois."
Gustave Perrin, Primogène tremere "J'ai peur, Madame, de ne pas saisir vos propos."
Isabelle: "Je suis désolée Si je ne me suis pas montrée d'une grande clarté. Cependant je vous demande à tous solennellement Si vous avez quelque chose à reprocher aux décisions de feu notre cher Prince ? Ne nous a-t-il pas toujours protégés de nos enne-mis et fait de notre ville le joyau de la Camarilla?"
Connor: "Je n'aurai pas dit ça comme ça, mais il est vrai que les résultats sont là.

c-",
Du Plessis: "Il serait mesquin de ma part de salir la mémoi-re du défunt. Même Si nous n'étions pas souvent en accord, je dois lui reconnaître un talent certain dans sa façon de diriger notre communauté. Il est tout de même temps d'apporter du sang neuf au pouvoir."
Connor: "Du sang neuf? Alors ce n'est plus de votre âge."
Isabelle "Mes amis peut-on espérer souffrir d'un peu de calme dans ces débats alors que tous n'ont pas encore pu s ex-primer."
Le Malkavian "Villon a toujours su créer l'événement. Ses fêtes étaient divines et les modes qu'il a lancées toujours de très bon goût. Le Louvre est un palais envié par tous les Princes, que peut-on vouloir de plus ? S'il était encore vivant je l'aurai remercié de ses bienfaits. Non, mon clan et ma modeste person-ne n avons jamais eu à nous plaindre de notre Prince."
Antos, Primogène nosferatu : "Il est bien rare que j'ai àm'e4>77mer id à la lumière. Il est de notoriété publique que nous, Nosferatus, ne sommes écoutés que dans l'ombre. C'est lorsque l'on a besoin de notre savoir que l'on vient nous trouver, qui se soucie de nous quand il n'est pas dans le besoin?
"Non, Villon ne nous aimait pas et préférait la compagnie des siens. Mais qui peut l'en blâmer? Il ne fait aucun doute que le prochain Prince en fera tout autant.
"Pourtant malgré tout le mépris qu'il a affché envers mon clan durant tous ces siècles, nous devons reconnaître qu'il a su nous assurer la sécurité en nous confiant les égouts et les catacombes et en prenant fait et cause pour nous quand d'autres Catnites puis-sants s attaquaient à notre territoire. il a su gagner notre fidélité.
"C'est pourquoi je vous réponds, Madame, bien qu'étant ses enfants les moins aimés, nous, les parias, pouvions compter comme ses alliés les plus fidèles et dont la confiance lui était entièrement acquise."
Perrin: "Il est vrai que mon clan n'a pas toujours été très bien considéré au sein de la Camarilla mais il s'agit maintenant d'histoires anciennes. 1£ Prince lui-même a su tourner la page àses heures noires.
"Maintenant plus personne ne peut douter de la ferveur avec laquelle notre clan sert les intérêts de la Camarilla et dont il obéit aux ordres du Prince.
"C'est avec diligence et dans un esprit de transparence que nous avons servi la politique de Villan toutes ces dernières années. Nous châtions sans merci ceux de notre clan quand ces derniers s'étaient montrés coupables - sans en attendre l'ordre du Prince ou un procès inutile. C'est avec le même esprit que nous servirons son successeur. Nous avons toujours eu toute confiance en notre défunt Prince, puisqu'il a su pardonner nos égarements passés et nous accepter comme ses enfants à part entière."
Isabelle : "Je suis certaine que François aurait apprécié votre sincérité et je suis heureuse de constater qu'il a su vous ins-pirer tant de loyauté et vous faire prendre conscience de la clair-voyance dont il savait tant faire preuve. Aussi je dois vous dire que mon Sire a su, avec sa prévoyance habituelle, laisser un document, une forme de testament que je vous enjoins de lire. Il donne l'identité de celui qu'il désigne pour Prince."
Du Plessis: "'IL ruse est habile Madame, mais ne comptez pas monter sur le trône avec des man?uvres aussi grossières."
Isabelle: "Navré de vous décevoir mon bon, mais ce docu-ment ne me désigne pas comme futur Prince. Laissez-moi vous en dévoiler son contenu:
"Moi, François Villon, poète, Prince et Fils de Cain, se déclarant sain d'esprit Si ce n'est de corps, ai pris cette décision sans pression d'aucune sorte.
"Si cette lettre vous est lue c'est qu'un fàcheux accident me sera arrivé. J'en applaudis sportivement le responsable et le com-manditaire, mais l'heure est à d'autres priorités. Vous devez choisir qui sera le nouveau Prince, et ce choix au lieu de vous unir va vous diviser.
"Aussi ai-je décidé, tant qu'aucun candidat ne sera élu à l'unanimité comme il est prévu par nos lois, que mon trône ainsi que tous les droits, les devoirs et les prérogatives qui y sont liés, reviendra au dernier vampire camariste qui m'aura adressé la parole.
"Ma décision est sans appel, de mon côté je ne peux revenir dessus. J'espère tout le soutien de mon clan et de mes fidèles alliés pour l'appuyer et pour protéger le nouveau Prince.
"J'ai un dernier conseil à donner à mon successeur. En devenant Prince tu n auras plus de clan puisque tu devras com-mander à tous les clans. Aussi entoure-toi d'amis fidèles et fais-toi respecter. Mais par-dessus tout, quoi que w fasses, fais-le avec élégance."
Du Plessis: "Ce document n'a aucune valeur, c'est un tissu d'inepties."
Le Malkavian: "C'est brillant, sa logique est Si limpide."
Connor: "Si tu n'es pas d'accord, tu peux toujours voter pour moi."
Antos: "Il a raison, Si cette situation ne convient pas il suf-fit de voter tous pour le même candidat, en attendant il faut que la ville ait un Prince ce soir, ce sont là vos paroles Monsieur du Plessis.
"Cette situation nous laisse tout le loisir de nous mettre d'ac-cord sur le candidat idéal."
Du Plessis: "Il est devant vous le candidat idéal! Êtes-vous donc tous aveugles pour ne pas voir cette évidence?"
Perrin: "Qui donc selon ce document est censé être notre nouveau Prince?"
Isabelle: "C'est ce jeune vampire." Désignant l'un des per-sonnages.
Du Plessis: "Comment ? Cette minable larve ? Mais le mode va rire de nous en apprenant la nouvelle. Allons, il est encore temps d'oublier ces fadaises et de choisir un véritable Prince."
Isabelle: "Je vous propose de passer au vote de cette motion en vue d'accepter notre nouveau Prince. En ce qui me concerne je vote pour."
Le Malkavian: "Je vote pour moi aussi, cette façon de choi-sir un Prince devrait être répandue dans toute la Camarilla."
Du Plessis : "Je ne voterai même pas pour ne pas associer mon nom à cette hérésie."
Connor: "Je vote pour. En attendant de trouver meilleur candidat.
Antos : "Je vote pour, cette absence sur le trône n'a que trop duré. Le nouveau Prince pourra compter sur notre aide."
Perrin: "Je vote évidemment pour, ce sera une joie d'être au service du nouveau Prince. Je vous le dis en mon nom et au nom de tout mon clan."
Isabelle "Malgré l'absence de notre camarade Gangrel, une majorité s'est détachée permettant à la motion d'être votée. Permettez-moi d'être la première à m'agenouiller devant le nou-veau Prince. Longue vie au Prince!"
Du Plessis : "C'en est trop I"
Sautant par-dessus la table, le Primogène ventrue fonce tête la première vers le nouveau Prince, à la limite de la fré-nésie. Le règne du jeune vampire aurait été de très courte durée sans l'intervention du Primogène brujah, rapidement aidé par les gardiens de l'Élysium.
Le nouveau Prince est sauf et le Ventrue reconduit vers la sortie.


ACTE Il
SCENE 1 : PRESENTATION A LA COUR
C'est après être passé auprès d'un tailleur pour amélio-rer son image que notre gentil personnage va enfin pouvoir se présenter aux courtisans durant une cérémonie d'introni-sation rivalisant en faste avec celle de l'auguste Bonaparte. Il est ensuite conduit dans la salle du trône, suivit à moins de quatre mètres par une escouade de gardes du corps. La suite du programme est occupée par sa rencontre avec les archontes, les bourgmestres et les membres les plus influents de la Cour
Ils se feront connaître un par un et prêteront allégean-ce à leur nouveau maître. La Primogène toréador le suivra et le conseillera durant cette nuit interminable. Il pourra sûrement compter sur la présence de ses anciens camarades promus gardes du corps suppléants ou harpies.
C'est la tête lourde, largement remplie de noms, de titres et de visages à se remémorer absolument (au dire du responsable de l'étiquette), que le jeune Prince va aller rejoindre ses appartements tandis que le soleil se lève et que les premières langueurs du sommeil viennent s'insinuer dans son corps.


SCÈNE 2 : LE RÈGNE DÉBUTE
C'est maintenant que le plus dur reste à faire, le personnage va devoir gérer la politique parisienne et interagir avec tous les clans.

LF5 BRUJAHS

Depuis la nouvelle de lamort de Villon : Le clan s'est réuni dans de grandes assemblées, aucunes décisions concrètes ne semblent émerger de ces débats houleux. Trouver un candidat au trône, faire une révolution, passer à une démocratie vam-pirique, les idées fusent mais rien de cohérent ne se dessine.
Depuis l'intronisation du successeur de Villon : Les Brujahs soutiennent politiquement et physiquement le nouveau Prince pour déux raisons. La première est logique : cela leur permet d'avoir le temps de se mettre d'accord sur une poli-tique commune. La seconde tient plus à leur nature : ça bouge enfin un peu à Paris. Il était temps que quelqu'un donne un coup de pied dans la fourmilière avec comme petit bonus les Ventrues qui s'arrachent les cheveux. C'est le bonheur
Politique envers le Prince : Mettant en avant le soutien de son clan, le Primogène brujah profitera de la situation pour
ressortir de vieilles querelles de territoire et de postes. Multipliant les promesses il fera tout ce qui est nécessaire pour augmenter le domaine et l'influence de son clan en ville, proposant même de s'occuper des rares possessions qui appartenaient aux Gangrels en attendant une décision défi-nitive. Le Primogène, escorté des Brujahs les plus sociaux du clan fera montre de trésors de diplomatie, étonnant plus d'un vampire qui ne l'avait jamais vu sous ce jour S'il peut tenir le Prince sous son influence assez longtemps, peut-être pourrait-il le persuader d'abdiquer en son nom, mais il est encore trop tôt pour ça.
Pendant ce temps, dans l'ombre C'est le temps des règlements de compte, les jeunes Brujahs s'allient avec de jeunes Ventrues pour déboulonner les vieilles sangsues aris-tocratiques de leur fief et se partager le pouvoir ainsi arra-ché. On assiste à des disparitions et à quelques diableries. Paris n'est pas à feu et à sang mais cette effervescence fait beaucoup de vagues.

GANGRULS

Depuis leur départ de la Camarilla, il ne reste pour ainsi dire plus de Gangrels à Paris, les quelques récalcitrants sont les individus les plus attachés à la vie sociale ou ceux qui ressentent un penchant sentimental envers leur domaine. En tenant compte uniquement de leurs capacités person-nelles, ils pourraient tenir leur position un moment. Mais trop solitaires pour avoir une action commune, ils sont condamnés à disparaître comme des animaux incapables des s'adapter à leur milieu.
Leurs actions localisées ne devraient pas avoir de réper-cussions sérieuses sur la politique parisienne. Le Primogène quant à lui se terre dans son domaine. Il estime, à juste rai-son, ne plus avoir le moindre poids dans les décisions prises par le conclave. Et il attend le moment où sa charge lui sera retirée officiellement. Il a encore des contacts à la Cour et auprès des Gangrels qui ont quitté Paris. Le seul rôle qu'il lui reste est celui de médiateur, pour ne pas dire d'espion, entre les deux parties.

MALKAVIENS

Depuis la nouvelle de la mort de Villon On peut dire que la nouvelle a été accueillie plutôt étrangement, aucun Malkavian ne s'en est formalisé. La mort de leur Prince a eu moins d'impact sur le clan qu'une nuit de pleine lune. Quand on les interroge à ce sujet ils éludent la question en se montrant plus fous qu'ils ne le sont (si cela est possible).
Depuis l'intronisation du successeur de Villon Ceux qui sont venus à la fête d'intronisation l'ont trouvée très réus-sie, mais n'ont pas compris pourquoi Villon s'était déguisé ainsi.
Ce qui est amusant c'est qu'il continue à garder son
déguisement de nouveau Prince, même la fête terminée.
Certains murmurent que le Prince serait devenu
Malkavian. C'est possible mais peu probable, aucun
Malkavian ne serait assez cinglé pour devenir Prince. Politique envers le Prince C'est notre Prince et nous l'ai-mons beaucoup, il est un peu bizarre en ce moment, mais ce n'est pas une raison pour en changer. Il fait sans doute ça pour nous faire plaisir, c'est gentil de sa part.

Pendant ce temps, dans l'ombre En ce moment on chasse le lapin pour sauver la Camarilla, ils se cachent bien les bougres, alors on est obligés de demander de l'aide à nos amis du Sabbat, ceux qu'on n'a pas le droit de voit Comme Si on avait besoin de se voir pour se parler. Comme le Prince est souffrant, on a décidé de ne pas le déranger avec ces problèmes. Je vais prendre mes raquettes, la chasse est ouverte.

LES NOSFERATUS
Depuis la nouvelle de la mort de Villon: Fidèle à sa répu-tation, grâce à son réseau d'informations sans égal, le Clan Nosferatu a été le premier à être mis au courant et à se réunir, à la demande du Primogène, au plus profond des catacombes pour parler de la situation. Ce qui s'est dit durant cette réunion reste un secret bien gardé.
Il en est résulté la consigne suivante : faites comme Si rien ne s'était passé, laissez les vampires de la surface agir à leur guise, tout rentrera bientôt dans l'ordre.
En vérité le Primogène, bien qu'il n'ait pas été mis dans la confidence par Villon, a appris la supercherie par des moyens bien peu orthodoxes. Il est en relation secrète avec un mage puissant depuis plus d'un siècle, ce dernier le pré-venant par avance quand des crises de ce genre pointent à l'horizon.
Le vieux Primogène garde le secret de ses sources d'au-tant qu'il sait que la mort du Toréador ne durera qu'un temps.
Depuis l'intronisation du successeur de Villon. Calquant son comportement sur celui de son Primogène, le Clan Nosferatu soutient le nouveau Prince. Il agit mais ne parle pas beaucoup. L'un d'entre eux, parmi les plus discrets, aura pour mission de suivre le nouveau Prince dans ses déplace-ments et de le protéger de ceux qui se disent ses amis. S'il peut glaner certains renseignements au passage, personne ne devrait s'en plaindre.
Politique envers le Prince : Soutien discret mais efficace, les Nosferatus offrent au Prince la primeur des informations sur ce qui se passe partout en ville. Ils désirent lui faire com-prendre qu'ils sont indispensables à son règne s'il était venu à en douter
Pendant ce temps, dans l'ombre est leur domai-ne qui peut dire ce qu'ils y font ? Officiellement ils ne font rien à part écouter

LES TORÉADORS

Depuis la nouvelle de la mort de Villon : C'est sans contes-te le clan qui a été le plus touché par la disparition du Prince. On ne compte plus le nombre d'évanouissements à l'annonce du meurtre de leur Prince tant aimé. Certains ont décidé de mettre fin définitivement à leur non-vie, ne pouvant supporter d'être privés de sa présence pendant l'éternité.
De nombreuses réunions informelles ont eu lieu le soir de sa mort afin de vénérer sa mémoire.
Depuis l'intronisation du successeur de Villon : Une fête somptueuse a été donnée en l'honneur du nouveau Prince, ce sont les Toréadors qui l'ont organisée sur ordre de leur Primogène, un palliatif à leur chagrin.
Personne ne pourra le remplacer ni t'égaler, mais de là à choisir un vampire quasi inconnu ? Tout le clan est dans l'expectative.
Politique envers le Prince : Le clan est divisé en trois groupes, les Toréadors classiques, les Toréadors modernes et les anciens Toréadors.
Les premiers forment la majorité du clan, leurs idéaux se tiraillant entre les deux extrêmes.
Les seconds se caractérisent par leur amour de la nou-veauté, leur curiosité, leur adaptabilité. Ils sont l'âme vibrante du clan. Dans leur ensemble ils sont plutôt pour le nouveau Prince.
Les troisièmes représentent l'esprit de réaction, fidèles à leur passé et à leur patrimoine ils ont le plus grand mal à concilier art et modernité. En total décalage avec leur époque, ils voient d'un très mauvais ?il l'arrivée du nou-veau Prince aux rênes du pouvoir, lui préférant l'un des leurs.
Leur Primogène tente de canaliser leur énergie, suivant les plans du Prince qui a déjà quitté la Ville Lumière la nuit précédente. Pour éviter d'inutiles débordements elle multi-plie les commémorations, les réunions, les fêtes avec toute l'énergie dont elle se sent capable. Le reste du temps elle le passe avec le nouveau Prince, lui prodiguant les conseils nécessaires pour faire de lui un véritable dirigeant.
Pendant ce temps, dans l'ombre : Les ombres ne sont pas vraiment le domaine de prédilection des Toréadors. Néanmoins une brochette d'entre eux, parmi les anciens Toréadors, ont décidé de passer à l'action. Ils veulent se débarrasser proprement et rapidement du jeune vampire dans le but de mettre Isabelle, leur Primogène, à sa place.
Ils commencent à rechercher des appuis politiques avant de passer à l'acte et de proclamer l'infante de Villon Prince de Paris.

LES TREMERES

Depuis la nouvelle de la mort de Villon : Le moins que l'on puisse dire, c'est que la surprise a été totale. Les plus mes-quins disent que les Tremeres font preuves de réels talents de comédiens quand cela est nécessaire à leur survie. Dans le cas présent la surprise était tellement grande que tous n'ont pas un alibi pour la nuit du meurtre. C'est ce qui tend à faire croire, pour une fois, qu'ils ne sont pas responsables de l'assassinat du Prince.
L'essentiel des efforts du clan a consisté à s'innocenter et à rechercher le véritable tueur, sans grande réussite.
Depuis l'intronisation du successeur de Villon : Les conseils, pour ne pas dire les ordres, arrivent directement de Vienne. Il faut appuyer le nouveau Prince. Une marionnette faible à la tête de Paris ne pourrait que faciliter les projets du clan et redorer son blason. Le temps est venu d'occuper un rôle moins secondaire sur l'échiquier parisien.
Politique envers le Prince : La mission principale du clan consiste à se rendre indispensable au Prince en lui offrant une protection magique non négligeable. Les envoyés du clan se comporteront comme s'ils étaient ses seuls véritables amis, veillant à le mettre en garde contre les agissements réels ou fictifs des vampires qui l'entourent et qui n en veu-lent qu'à son pouvoir
Ils feront preuve d'une générosité sans bornes, sans rien demander en échange. Enfin pour l'instant.
Qui pourrait rêver de meilleurs alliés ?
Pendant ce temps, dans l'ombre C'est là que le reste du clan se démène le plus. En vue de s'attirer les bienfaits du Prince, les Tremeres s'assureront de sa survie. Pourtant ils jugent cela insuffisant aussi ont-ils prévu d'aider le nou-veau Prince à les considérer comme ses serviteurs les plus précieux.
Le premier plan consiste à faire échouer une tentative d'assassinat contre le jeune Prince. Puisqu'ils ne savent pas quand les autres clans bougeront afin de l'éliminer, ils ont décidé de faire la tentative eux même et de sauver le Prince devant une assemblée de témoins.
Le plan est un peu trop simple mais compte tenu des impératifs de temps, il va falloir faire avec. Les hautes sphères pensent qu avec le chaos ambiant, l'opération à une forte probabilité de succès.
Passons maintenant au plan numéro deux. Il a l'élégan-ce de supprimer deux problèmes à la fois. Afin de dissiper les doutes concernant la participation des Tremeres dans l'as-sassinat de Villon, il faut trouver qui a fait supprimer Villon et comment il s'y est pris. D'un autre coté les Brujahs et les Ventrues se font une guerre sans merci. Seul l'un des deux clans s'en tirera la tête haute et les poches bien remplies. Ce clan trop puissant sera une gêne pour la cause tremere.
Il suffit donc de fabriquer de fausses preuves afin d'in-criminer le Primogène du clan gagnant et de demander à la Cour un juste dédommagement pour avoir révélé la vérité sur ce complot infâme.
Uarrivée de ce nouveau Prince est décidément une bénédiction, elle offre enfin au clan une liberté d'action qu'il n'aura jamais connue sous Villon. La seule ombre au tableau ce sont les Nosferatus, il faudra s'occuper rapide-ment de leur cas et tâcher de garder un oeil sur eux. Ce qui n'est pas une mince affaire.

LES VENTRUES

Depuis la nouvelle de la mort de Villon: Dignes représen-tants de la vie à la Cour, les Ventrues on agit avec tact et discernement. Après avoir officiellement offert fleurs et condoléances selon les règles de l'étiquette, les hauts digni-taires du clan se sont réunis pour parler de l'avenir Ils ont longtemps attendu ce moment qui devrait enfin donner le pouvoir au clan à qui il revient légitimement.
Depuis l'intronisation du successeur de Villon: Ce n'est pas vraiment la tournure que devaient prendre les événements. Les Ventrues sont outrés d'avoir été aussi aisément écartés du chemin du trône. identité du nouveau Prince n'étant qu'une nouvelle brimade post mortem que Villon envoie à la face de leur clan et de la Camarilla française.
Politique envers le Prince: Qui a dit que la politique était simple ? Le Clan Ventrue se divise en deux factions. Les anciens Ventrues appartiennent à la noblesse ou à l'aristo-cratie, puissants par leur sang et la richesse qu'ils ont accu-mulée durant les siècles. Ils forment la haute société pari-sienne des beaux quartiers.
La deuxième faction est constituée par les nouveaux Ventrues, moins vieux et moins puissants que leurs aînés, ils
appartenaient durant leur vie mortelle à la caste des ban-quiers et des industriels. Plus en phase avec leur époque, ils sont plus compétitifs que les anciens dans la lutte pour le pouvoir.
Les nouveaux Ventrues appuient le Prince dans l'espoir de s'affranchir de la tutelle de leurs aînés. Ils briguent leurs domaines en formant des alliances contre nature avec les Brujahs. De leur côté, les anciens Ventrues ont ravalé leur fierté et fait des excuses officielles au nouveau Prince pour le comportement fâcheux de leur Primogène. Ils lui ont juré fidélité tant que celui ci ne sera pas remplacé par un nou-veau vote du conclave.
Pendant ce temps, dans l'ombre : La guerre est déclarée avec les Brujahs qui semblent mieux renseignés que prévu sur les faiblesses du clan. Uarbitrage de Villon avait au moins eu le mérite de museler ces chiens. Le clan ne déses-père pas de permettre à l'un d'entre eux d'accéder au pou-voin Le candidat le plus en vue reste le sire du Primogène, un Ventrue de 5 génération qui est à la tête du clan. Il avait déjà brigué le poste à l'époque où Villon l'avait obtenu par chance et par traîtrise. Le plus urgent est de se préoccuper du problème Brujah. Il suffira ensuite de se débarrasser du Prince. Puis le sang parlera de lui même.

LES PARIAS, LES GIOVANNI, LES RAVNOS, LES LASOMBRAS ET LES SETHITES

Ils sont tolérés par la Camarilla et ne feront pas de vagues. Ils attendront que la situation s'éclaircisse avant de reprendre leurs activités. Les plus prudents ont quitté la capitale momentanément.

LES ASSAMITES

Ils sont chassés à vue, mais encore faut-il les voir.
Les exceptions sont rares mais il reste quelques Assamites qui continuent à respecter leur contrat de garde du corps. Ils sont connus et surveillé en conséquence.

SCENE 3 : LA POLITIQUE DU PRINCE
À sa grande surprise le nouveau Prince se retrouve spontanément entouré d'alliés. Personne n'ose remettre directement son autorité en question. Il peut jouir de toutes les prérogatives et de tous les privilèges qui découlent de sa charge.
Cependant il n'est pas aussi libre qu'il pourrait le penser.
Une mauvaise décision ou une décision trop clairement en faveur d'un clan précis pourrait ébranler le fragile équi-libre de sa position. Il n'inspire pas aux vampires qui l'en-tourent le respect d'un Prince. Ces derniers ne lui obéissent que pour rester auprès de lui et influer sur ses décisions. Ils ne peuvent s'empêcher de le reprendre et de lui donner leur avis au lieu de lui obéir en silence.
Il ne doit pas non plus oublier que sa charge risque de lui être retirée Si le conclave vient à désigner un autre can-didat, chose qui se produira s'il commet trop de bévues ou Si Paris tombe dans l'anarchie. Qui serait là alors pour le protéger des vampires envieux ou des ennemis qu'il se sera
faits en gouvernant ? Prendre la moindre décision peut s' avérer catastrophique, mais ne rien faire serait bien pire encore. Situation délicate s'il en est.
Il pourra interroger les témoins, réclamer une enquête Si les circonstances ne lui semblent pas claires, compter sur toute l'aide qu'il peut désirer, lecture d'aura, convocation de témoin, etc. Il est le point de mire de tous les clans, la Cour compte sur lui pour rendre le jugement le plus juste ou prendre la meilleure décision possible dans les délais les plus brefs. De quoi tremper son tempérament.
Voici une liste toujours non exhaustive de situations qu'il devra gérer, n'hésitez pas à la rallonger à loisir.

DRAME DE LA JALOUSIE

Les faits Un Toréador est accusé d'avoir tué en légiti-me défense un Ventrue. Celui-ci s'était attaqué à lui après l'avoir vu au bras de son infante, entretenant des relations qui n'avaient rien d'innocentes.
Le Clan Ventrue demande la tête du responsable tandis que le Clan Toréador réclame l'indulgence du juge et le par-don des fautes.
En vérité : La ravissante jeune infante, lasse de son sire, s'est éprise d'un autre Ventrue. Avec sa complicité, et comptant sur la jalousie maladive de son créateur, elle va tomber dans les bras d'un Toréador peu farouche tandis que son amant prévient le principal intéressé. La passion fait le reste. Les deux amants comptent attendre une courte pério-de de deuil avant d'afficher leur relation.

MAUVAIS TRAITEMENT

Les faits : Un Toréador accuse une Brujah de lui avoir volé une goule. Celle-ci avait été créée avec l'autorisation du Prince. Il exige sa restitution d'urgence et un dédomma-gement matériel de la Bruj ah.
De son côté la Brujah refuse de lui rendre son bien. Elle a recueilli cette goule alors qu'elle n'était qu'une plaie àpeine vivante, elle lui a apporté soins et amour et refuse de la remettre aux mains du responsable de ces monstruosités.
En vérité: Le Toréador explore des domaines artistiques proches de ceux de ses camarades du Sabbat: la torture, la douleur, la soumission. Les fragiles victimes humaines n 'étant pas assez stables - en plus d'être trop limitées dans leurs perceptions - pour servir de bons sujets d'expérimen-tation, le Toréador s'est tourné vers l'idée de créer une goule. Une fois l'autorisation accordée, il a pu entamer le processus sur une humaine qu'il s'était déjà jalousement réservée depuis des semaines.
Le Toréador est aux anges jusqu'à la fugue de sa victime qui s'est libérée de sa geôle, profitant de la journée pour fuir les mauvais traitements de son maître. Par chance pour elle, elle tombe par hasard sur la Brujah dont elle reconnaît l'au-ra vampirique grâce à sa maîtrise de la discipline d'Augure. La Brujah la prend en pitié et la recueille, faisant une demande auprès de la Cour pour la conserver. C'est par ce biais que le Toréador retrouve son bien et le réclame en vain. Il finit par porter l'affaire devant la justice princière.
Pour compliquer un peu l'affaire, la goule a un lien du sang avec le Toréador, elle ne peut donc rien dire qui puisse lui nuire (notamment témoigner contre lui). Elle aime son
ancien maître mais ne peut plus supporter les douleurs qu'il lui cause et préférerait rester chez sa nouvelle maîtresse.

IMMUNITÉ

Les faits z Un Brujah accuse un Ravnos de lui avoir vendu de fausses balles en argent. Le plaignant n'en était pas à son premier Garou, aussi quand il a croisé les traces de la bestiole, il s'est précipité chez un ami afin qu'il lui four-nisse les balles nécessaires à sa chasse. Hélas, l'ami en ques-tion n'en avait plus et lui a conseillé de s'adresser au Ravnos. Ce dernier lui a alors vendu les balles à un tarif prohibitif, mais là n'est pas la question.
La nuit suivante notre Brujah se retrouve face à face avec le sac à puces géant et lui vide tout son chargeur de Desert Eagle dans le buffet. Le Garou, au lieu de se coucher sagement, a continué sa charge comme Si de rien n'était, entrant en contact avec le tireur. Le combat n'étant plus très égal, le vampire n'a dû son salut qu'à la fuite, laissant son bras droit dans la gueule du monstre. Il exige une puni-tion pour la tromperie du Ravnos qui a failli lui coûter l'existence.
De son côté, le Ravnos reconnaît avoir pratiqué des prix plus élevés que ceux du marché mais qu'en aucun cas il n'y a eu tromperie sur la marchandise. Il a bel et bien vendu des balles d'argent au Brujah et ce n'est pas de sa faute Si ce der-nier ne sait pas tiren
En vérité : C'est rare mais ça arrive. Le loup-garou n'était pas sensible à l'argent.

C1UST PAS MOI, C'UST MOI

Les faits z Un Malkavian se présente de son plein gré devant la justice du Prince afin de se livrer Il est schizo-phrène, ce qui n'est pas un crime en soit, mais il a remarqué que l'une de ses personnalités trahissait la Camarilla en envoyant des messages à des agents du Sabbat.
Il ne se doutait de rien, même Si de temps en temps il recevait des coups de fils étranges qui ne lui étaient pas destiné. Plus tard, il a commencé à avoir des doutes en retrouvant des notes suspectes dans ses poches.
La Certitude est venue quand il s'est placé un micro à l'insu de ses autres personnalités. En réécoutant les bandes, il est tombé sur des passages où il livre des renseignements à un inconnu par téléphone. Il s'est précipité devant la justice avant qu'il ne découvre le pot aux roses et qu'il ne s'enfuit pour passer de l'autre côté.
Il compte sur la clémence du juge pour la bonne volonté qu'il a mise dans cette affaire et se soumet à sa sagacité.
En vérité z La vérité est quelque chose de très relatif, sur-tout dans ce cas.


AMOUR VOILÉ

Les faits z Une Toréador vient se plaindre auprès du Prince parce qu'elle a été humiliée par un Nosferatu. Elle a vécu une histoire d'amour avec cet individu pendant près d'un an. Il se faisait passer pour un élégant Ventrue et l'a trompée pendant toute la durée de leur relation.
Elle demande réparation, pas sa mort, mais quelque chose de grave néanmoins. Le Nosferatu ne se défend pas et acceptera sans gémir la sentence du Prince
En vérité z Le Nosferatu est tombé amoureux de la Toréador. Subjugué par son charme, il l'a longtemps suivie jusqu'au moment où il a osé vivre son rêve impossible. Il s'est fait passer pour une Ventrue dans le but de la séduire. Il a su l'approcher et trouver les mots pour toucher son coeun Il lui a montré son âme, il l'a mise à nue pour elle, mais lui a caché son apparence monstrueuse. Il n'est pas fier de ce qu'il a fait, aussi quand son secret a été dévoilé, il a été tenté de s'ôter la vie.
De son côté la Toréador continue à aimer le Nosferatu, même Si elle ne s'en rend pas bien compte. C'est le ridicule subit qu'elle n'a pas apprécié quand la nouvelle a été connue par ses pairs. La perte de son statut qui s'en est suivie lui a été insupportable, elle désire se venger de ces brimades, le coupable est tout trouvé. Il se peut qu'elle regrette amère-ment son geste, mais pour le moment c'est son orgueil qui semble l'emporter chez elle.

SCÈNE 4 : LE SABBAT ENTRE DANS LA DANSE

Paris semble être en état de faiblesse, les clans ne ren-voient qu'une apparence de l'entente formée avant la mort de Villon. Leurs man?uvres affaiblissent la Camarilla. L'archevêque, conseillé par les priscus, prend la décision de tenter un coup de force. Tout n'est pas encore parfait, mais la position de faiblesse ne durera qu'un temps, il va falloir saisir sa chance.
La mobilisation du Sabbat se veut totale, leur propre existence n'a aucune importance, seul leur cause compte. Sous de tels auspices, tout aurait dû se dérouler sans trop de difficultés. Malheureusement la majorité des sabba-tiques ne semblent pas prête à agir de façon concertée. Sur une échelle stratégique, le manque de cohérence leur a coûté la victoire, leurs actions ont eu moins d'impact que prévu. Ils ont touché sévèrement la stabilité de la Camarilla, mais ne l'ont pas mise à terre, lui laissant le temps de s'organisent
Dans les actualités, on entend parler des jeunes des cités, de casseurs, de bandes rivales venues régler leurs comptes à Paris pour expliquer les incidents de la nuit et le débordement des forces de police. Le Palais du Louvre subit un concert de sonneries de portables, partout on demande de l'aide au Prince.
Villon de son côté revient à Paris, le temps de son retour approche.

SCÈNE 5 DÉFAITE DU SABBAT
Le second assaut du Sabbat n'aura pas le même effet que le premier. Les vampires de la Camarilla, plus nombreux et s'attendant cette fois aux attaques, les repoussent dans leur ensemble. Les pertes sont nombreuses des deux côtés, mais le bilan apparaît clairement au bout de quelques heures: le Sabbat ne peut plus gagner.
Il va lécher ses plaies et cesser ses raids, ses préten-tions sont revues à la baisse maintenant que ses rangs sont clairsemés.

ACTE III
SCÈNE 1: GUERRE DE5 OMBRE5

Durant la guerre contre le Sabbat, un désordre indes-criptible submerge Paris. Il n'est plus seulement question de sauver les apparences, il faut sauver sa peau et la lutte est féroce.
Certains vampires en profitent pour régler leur compte en toute impunité, d'autres pour commettre des diableries. C'est le moment que le Primogène ventrue, accompagné de sa garde personnelle, va mettre à profit pour se débarrasser du Primogène brujah.
Il a d'abord affaibli le Brujah en lui envoyant des vam-pires du Sabbat. Pour cela, il a kidnappé un jeune sabba-tique, lui a fait oublier tout souvenir de sa captivité et lui a implanté dans l'esprit l'emplacement du Q.G. de Connor. Une fois relâché dans la nature, il revient avec ses joyeux camarades. L'immeuble subit un assaut qui le fait trembler dans ses fondations, les sabbatiques luttent un bon quart d'heure avant d'abandonner
I-es Ventrues, une fois certains que le Sabbat ne revien-dra plus, lancent un second assaut. Les Brujahs sont tous éliminés. Connor, déjà blessé, tombera le dernier, empor-tant trois Ventrues avec lui dans la mort. Limmeuble est brtilé pour masquer les traces et les ventrues quittent les lieux en ne laissant aucun témoin derrière eux. Enfin, c'est ce qu'ils pensent.

SCÈNE 2 : CRIMES DE GUERRE
Les Tremeres avaient placé Connor et du Plessis sous étroite surveillance. Quand les deux Tremeres chargés de les suivre ont compris ce qui était en train de se passer, ils ont immédiatement appelé du renfort. Au Louvre le haut responsable Tremere incitera les compagnons du Prince àles suivre pour servir de témoins impartiaux. S'ils se désin-téressent de sa proposition, des Toréadors prendront leurs places.
Quand ils reviennent à la Cour une fois les hostilités terminées, ils demandent auprès du Prince que justice soit faite. L'assassinat du Primogène brujah et de ses compa-gnons d'armes ne peut rester impuni.
La requête ne peut être ignorée, même Si tôt après les événements. Les Brujahs fulminent, et Si rien n'est fait contre les Ventrues, la Camarilla parisienne risque de voir les Brujahs la quitter après un nouveau bain de sang. D'un autre côté, les actions que les Brujahs ont menées contre les Ventrues (bien qu'il n'existe aucune preuve de leurs actes), expliquent le geste de leur Primogène. Il passe pour une marque de courage aux yeux du clan qui ne pouvait décidé-ment pas se laisser attaquer sans réagir. Les Ventrues pren-draient mal qu'il arrive quoi que ce soit à leur Primogène.
Une fois de plus, le Prince devra statuer. De sa décision dépendra le futur de la camarilla française.
SCÈNE 4 : LE PROCÈS
Que ce soit de son plein gré ou escorté par des archontes, Cédric du Plessis finira par se présenter au Louvre pour son procès. Il se défendra lui-même, à la recherche d'une certaine équité, un Brujah tiendra le rôle du procureur, le Prince sera le juge et le jury.
Tout ce que Paris peut compter de vampires impor-tants sera présent dans les murs du palais. Les anciens Ventrues et les anciens Toréadors en ont profité pour pas-ser un accord secret, ils ont décidé de s'allier pour ren-verser le Prince durant le procès. Les Ventrues sont d'ac-cord pour concéder le trône à Isabelle s'ils épargnent Cédric et s'ils le lavent de ses crimes en plus d'autres petites faveurs à venin
Ils sont certains que les Tremeres et que les Nosferatus n'interviendront pas car ils sont en sous-nombre une fois les Brujahs de la Cour éliminés par leur attaque surprise. Les Maîkaviens et les autres clans mineurs ne sont que quanti-té négligeable.
Le Procès débute donc par la présentation de l'accusé, qui se déclare innocent, et la levée de son immunité diplo-matique. Suivent ensuite les dépositions des témoins, l'in-terrogatoire et le contre-interrogatoire. Uambiance est sur-chauffée, le moment du renversement approche.

SCÈNE 4 : LE RETOUR DE VILLON
Un murmure sonore se fait entendre à l'extérieur du tri-bunal, accompagné de quelques cris. Bientôt les portes s'ouvrent en grand avec un fracas de tous les diables, François Villon entre dans la salle du trône transformée en cour de justice.
La surprise cloue les vampires sur place. Le silence per-met à l'assemblée d'entendre clairement les paroles du Prince défunt "C'est intolérable, je meurs, et c'est la chienlit. Vous vous rendrez compte que vous m'obligez à revenir d'entre les morts, m'a'-rachant à un repos bien mérité."
Couvrant les quelques mètres qui le séparent du Primogène ventrue, il se tourne vers lui et lui demande "Cédric, mon bon ami, j'apprends que durant mon absence vous assassinâtes notre cher Connor. Vous savez qu'un tel crime peut vous coûter la tête? Qu'avez-vous à me répondre ?"
Du Plessis "Je suis innocent du crime dont on m'accuse, il s'agit d'un complot pour affaiblir mon clan à travers ma personne."
Villon "Vous mentez à ravir jeune homme. J'en rends hommage à votre sire, néanmoins ce crime que vous venez d'avouer est d'une gravité exceptionnelle. Allons mon enfant à genoux et acceptez mon pardon."
Du Plessis, s'exécutant avec plaisir, s'agenouille pour baiser fébrilement la main de Villon "Mon prince votre générosité est trop grande."
Villon, d'un geste élégant et rapide, sort de sa cape une épée courte au fil aiguisé et d'un seul coup tranche la tête de du Plessis qui tombe rapidement en poussière sur le sol.
"N'en parlons plus, vous êtes pardonné," lâche Villon à la tache sur le tapis persan avant de décocher un sourire rava-geur au sire du condamné.
Sortit de l'emprise hypnotique de l'entrée de Villon, la Cour commence à reprendre ses esprits. Elle voit mainte-nant Villon se diriger vers le trône où est assis notre per-sonnage-joueur préféré.
"Jeune homme c'est de cette façon qu'il faut rendre la justi-ce. Je me sens un peu fatigué, aussi je vous autorise àme rendre ma place que je puisse trouver un peu de repos. Je crois que vous avez un rapport à me faire, mais cela peut attendre demain. Voyez mes amis vos mines lugubres. Allons, c'est moi le déterré ici. De la musique! De l'animation! Voulez-vous que je meure à nouveau, mais frappé d'ennui cette fois-ci?"
La Cour, retrouvant son maître légitime, poussée par la force de l'habitude, reprend ses activités normales et rentre dans les rangs. Les personnages sont conduits dehors par Isabelle qui s'occupera d'eux pour la nuit et les protégera jusqu'à la nuit prochaine.


EPILOGUE
La Camarilla reprend vite ses vieilles habitudes et Villon se félicite de l'affaiblissement de toutes les factions. Il n'a qu'un seul regret, c'est de ne pas avoir pu incriminer les Tremeres, mais ce sera pour une prochaine fois.
Le sire de Cédric du Plessis prend de nouveau son ancien poste de Primogène alors que les Brujahs finissent par tomber d'accord au bout d'une semaine sur leur candi-dat. La mort de son infant devant la Cour a empli le Ventrue de haine, et il n'aura de cesse avant de voir Villon mourir, de façon définitive cette fois-ci.
Les Maîkaviens sont ravis que tout soit rentré dans l'ordre grâce à leurs efforts. Pendant que les autres vampires faisaient n'importe quoi, ils ont de leur côté chassé tous les lapins de la capitale. Paris une fois libéré de cette menace, le Prince a pu revenir Personne ne semble s'apercevoir de leur rôle dans tout ça, mais ils en ont l'habitude.
Les personnages sont destitués de leurs anciens privi-lèges, s'ils ont profité de leur pouvoir pour commettre une diablerie, Villon les fera régresser à leur précédente généra-tion à l'aide d'un rituel tremere. Les Sorciers n'ont rien à lui refuser S'il trouve que les personnages ont bien tenu leurs rôles et qu'ils se sont bien débrouillés, il les autorisera à sau-ter une génération en participant à une chasse au sang lan-cée contre les Ventrues renégats qui ont aidé Cédric durant le meurtre de Connor
Il les fera protéger un mois et les laissera ensuite sur-vivre seul.


DISTRIBUTION DES RÔLES
ISABELLE, PRIMOGÈNF TORÉADOR

6ème génération
Physique : Force 2, Dextérité 4, Vigueur 3
Social r Charisme 7, Manipulation 4, Apparence 6
Mental : Perception 5, Intelligence 4, Astuce 4
Talents r Athlétisme 1, Bagarre 1, Comédie
Commandement 2, Empathie 5, Intimidation 2, Séduction 5, Subterfuge 4, Expression 4, Intuition 3, Vigilance 4
Compétences : Conduite 2, Étiquette 6, Danse 4, Équi-tation 2, Musique 3, Peinture 3
Connaissances : Bureaucratie 2, Droit 3, Investigation 3, Politique 2, Occultisme 3, Langue 3,
Autres traits : Histoire de l'art 5, Diplomatie 3, Chant 3, Littérature 4, Cryptographie 3
Disciplines r Présence 6, Célérité 5, Domination 4
Historiques r Contact 3, Troupeau 4, Mentor 5, Serviteurs 4, Ressources 4, Statut 4
Vertus : Conscience 3, Maîtrise de soi 5, Courage 3 Voie de l'Humanité : 6
Volonté : 6
Apparence r Femme de taille moyenne, à la fleur de l'âge, elle est le symbole de la mondanité. Sa chevelure brune toujours coiffée avec recherche, ses yeux noisette maquillés discrètement et ses toilettes choisies avec un goût exquis mettent en valeurs ses atours qui n'en ont pas vrai-ment besoin. Elle s'exprime d'une voix flûtée, préferrant la suggestion à l'ordre. Elle fait davantage avec son sourire que beaucoup en utilisant la force.
Antécédents r Infante de Villon et liée par le sang, elle vénère littéralement son sire. Il se repose sur elle et sur sa dévotion depuis des siècles. Pourtant, cela ne l'empêche pas de la délaisser, lui causant un chagrin immense quand elle voit qu'elle n'est plus la cible des élans de son coeur
Rouée aux intrigues de Cour, artiste accomplie, maî-tresse de l'étiquette, elle a tout pour briller mais préfère res-ter dans l'ombre de Villon et en renforcer l'éclat. Elle a été bien sûr mise dans la confidence par François avant son faux assassinat. Il l'a chargée de veiller à ce que les Toréadors et ses alliés proches n'aient pas trop à perdre durant son absence.
Elle s'acquittera de sa tâche avec zèle, compétence et opiniâtreté en attendant son retour

ANTOS, PRIMOGÉNE NOSFURATU

6e génération
Physique : Force 4, Dextérité 4, Vigueur 4
Social r Charisme 6, Manipulation 4, Apparence O
Mental : Perception 5, Intelligence 6, Astuce 6
Talents r Athlétisme 3, Bagarre 2, Commandement 2, Empathie 5, Intimidation 2, Subterfuge 4, Intuition 3, Vigilance 5, Esquive 3, Expérience de la rue 6
Compétences : Animaux 2, Etiquette 4, Furtivité 6, Survie 4
Connaissances r Bureaucratie 2, Droit 3, Investigation 3, Politique 4, Médecine 3, Occultisme 6, Langue 5,
Autres traits r Diplomatie 4, Cryptographie 4,
Connaissance. Des mages 3, Connaissance des Égouts 7,
Chimie 5, Alchimie 6, Architecture 4, Maçonnerie 3,
Recherches 4, Astrologie 3, Langues anciennes 3
Disciplines r Occultation 7, Animalisme 5, Puissance 3, Thaumaturgie 6, Augure 5
Historiques r Contact 7, Troupeau 2, Serviteurs 5, Ressources 3, Statut 5, Alliés 6,
Vertus r Conscience 5, Maîtrise de soi 5, Courage 5
5, Voie de l'Humanité r 8
Volonté:1O
Apparence : Personne ne peut se vanter de savoir à quoi il ressemble, la tête encapuchonnée, son corps voûté est de petite taille, sempiternellement recouvert d'une toge de moine au tissu grossieL Bien malin qui saurait le décrire. Sa voix est rauque et évoque le soufflet d'une forge. Il parle par paraboles sans s'adresser directement à son interlocuteun
Antécédents : Sur lui courent beaucoup de légendes. Certains pensent qu'il existait bien avant Villon. D'autres qu'à sa mort un nouveau Nosferatu le remplace en secret. D'autres encore que ce ne serait pas un vampire. Mille autres bruits viennent s'ajouter au fil des années à cette longue liste, faisant de lui quelqu'un de craint faute d'être respecté.
La vérité est bien différente. Antos tente depuis des siècles, avec un certain succès il faut bien l'avouer, de pro-téger les membres de son clan des menaces qui l'entourent. Le plus étonnant, ce qui fait de lui quelqu'un de remar-quable, c'est qu'il parvient à gouverner son petit royaume avec beaucoup de bonté et d'humanité.
C'est de loin la personne la mieux renseignée de Paris, et ses services sont très chers. Le seul à être épargné par les coûts exorbitants qu'il pratique est Villon, avec lequel il s'entend à ravir. Uimage du Toréador conspuant les Nosferatus que le Prince sert à sa Cour ne vise qu'à brouiller les pistes. En effet, à qui s'adresser quand on veut complo-ter contre le Prince ? Mais à ces pauvres Nosferatus qu'il brime et insulte à tout va.
La solide alliance que Villon a passée il y a des siècles avec le Nosferatu leur a été à tout deux profitable. Tant que le secret est bien gardé, les Nosferatus seront protégés et Villon informé des secrets de Paris.
Le temps qu'Antos ne réserve pas à sa charge, il le passe presque exclusivement dans son laboratoire privé où il étu-die les arcanes entouré d'une bibliothèque qui ferait se dam-ner une seconde fois n'importe quel Tremere.
Il sait que Villon n'est pas mort dans l'assassinat dont tout le monde parle. Mais ne pouvant dévoiler ses sources, il s'est contenté d'apaiser ses enfants et d'ouvrir les oreilles. Si quelqu'un est assez fou pour venir les attaquer sur leur terrain nul doute qu'il saura bien le recevoir.

CONNOR, PRIMOGENE BRUJAH

6 génération
Physique : Force 6, Dextérité 4, Vigueur 6
Social : Charisme 5, Manipulation 4, Apparence 4
Mental : Perception 3, Intelligence 3, Astuce 5
Talents : Athlétisme 4, Bagarre 6, Esquive 4, Commandement 4, Empathie 2, Intimidation 4, Séduction 3, Subterfuge 3, Intuition 3, Connaissance de la Rue, Vigilance 4
Compétences : Conduite 3, Etiquette 1, Équitation 4, Mêlée 5, Armes à feu 3, Furtivité 2, Survie 2
Connaissances : Bureaucratie 2, Informatique 3, Droit 2, Investigation 3, Politique 3, Occultisme 1, Langue 4,
Autres traits : Diplomatie 2, Jeux 3, Lancer 4, Démolition 3, Philosophie 3, Poésie 3,
Disciplines : Présence 6, Célérité 5, Puissance 6, Augure 3, Endurance 3, Protéisme 4
Historiques : Contact 3, Troupeau 2, Serviteurs 3, Ressources 3, Statut 5
Vertus Conscience 3, Maîtrise de soi 5, Courage 6
Voie de l'Humanité :7
Vo1onté:1O
Apparence : Massif et fougueux semblent être les deux adjectifs permettant de le cerner. Il y a des siècles son bon mètre quatre-vingts faisait de lui un géant, mais il reste toujours aussi impressionnant. Son corps est recouvert de dizaines de cicatrices, vestiges de centaines de batailles d'où il est sorti vainqueur. Sous ses airs de brute mal dégrossie se cache l'âme d'un poète empreint de romantisme et de liberté. Dans ses yeux noirs luisent tour à tour la férocité de la bête et la tendresse de l'humanis-te. Sa voix grave et puissante tonne quand la colère l'em-porte, mais il sait la moduler quand il cite les vers d'Apollinaire. Personnage haut en couleur il ne laisse pas indifférent.
Antécédents : Ancien archonte, Connor a servi la Camarilla avec ferveur depuis qu'il l'a rejoint au moment de la Convention des Épines. Il a changé de nom et pris celui de Connor ; depuis, son dévouement au clan est cité en exemple, tout comme sa férocité au combat.
"On ne se rappelle de notre existence que lorsque la bataille approche. Quand vous apercevrez-vous que nos mains peuvent aussi bâtir 7" a-t-il un jour lancé à Villon alors qu'il n'était qu'archontè. Peu de temps après, le poste de Primogène lui était proposé. Il l'a accepté afin de mieux défendre les inté-rêts de son clan et il emploie son temps à améliorer ses manières à la coun
Il déteste Cédric du Plessis et tout ce qu'il représente. Il a l'impression que la réciproque est vraie et en tire un point d'orgueil. Malgré son âge il n'est pas encore trop décalé avec son époque et se plaît à côtoyer des humains hors des heures de repas pour le seul plaisir de leur compagnie. Son combat n'est pas neuf, il désire cohabiter en harmonie avec les humains, parmi les siens certains le taxent de rêveur, il leur répond en souriant que derrière chacune des grandes choses qui ont fait avancer l'histoire, il y a eu des rêveurs et des fous pour les imaginer et les réaliser sans s'apercevoir que ce n'était pas possible.

CÉDRIC DU PLESSIS, PRIMOGÈNE VENTRUE

7e génération

Physique : Force 4, Dextérité 3, Vigueur 4
Social Charisme 5, Manipulation 5, Apparence 4
Mental : Perception 3, Intelligence 5, Astuce 4
Talents : Athlétisme 3, Bagarre 4, Esquive 4, Commandement 6, Empathie 3, Intimidation 4, Séduction 4, Subterfuge 4, Intuition 3, Vigilance 5
Compétences Conduite 3, Étiquette 5, Équitation 4, Mêlée 6, Armes à feu 4, Danse 3, Survie 4
Connaissances : Bureaucratie 2, Finance 2, Droit 3, Investigation 3, Politique 5, Occultisme 3, Langue 6,
Autres traits : Diplomatie 3, Fauconnerie 3, Chasse 5, Histoire 5, Pistage 3, Science militaire 4
Disciplines : Domination 6, Présence 4, Endurance 6, Augure 4, Célérité 3
Historiques : Contact 2, Troupeau 3, Serviteurs 5, Ressources 6, Statut 5, Influence 4, Mentor 5
Venus Conscience 1, Maîtrise de soi 2, Courage 6
Voie de l'Humanité : 4
Volonté : 8
Apparence : Blond, bien bâti, les yeux clairs, le visage régulier aux traits fin et harmonieux, Cédric du Plessis allie un corps de champion olympique à un maintien impec-cable. Né dans une famille noble, tout en lui aspire à se montrer supérieur Autant il sait se montrer aimable envers ceux de sa condition, autant le fait de côtoyer la plèbe l'in-supporte. Le ton de sa voix est clair, il parle généralement sans hésiter, en de courtes sentences définitives qui ne lais-sent pas place à la repartie.
Ses tenues sont souvent des costumes trois pièces quoi qu'il ne dédaigne pas une mise plus militaire avec treillis et rangers quand il va chasser pour le plaisir
Antécédents : Cédric s'est retrouvé Primogène peut de temps après la disparition de son prédécesseur, Armand d'Hubert (voir le Livre d'initiation à Vampire, "Le Souffre et le Goupillon"). Son sire, qui dirige maintenant le Çlan Ventrue, était excédé du comportement de Villon et lui a confié le poste, préférant s'occuper de ses affaires person-nelles et de celles du clan plutôt que d'aller perdre son temps dans de vaines réunions indignes de lui. Cédric a toute sa confiance et ne veut pas le décevoir Son rêve est de lui offrir le trône de Paris que Villon lui a soufflé sous le nez il y a une éternité, alors qu'il ne fait aucun doute qu'il le mérite mille fois plus que ce Toréador présomptueux.
Marchant sur les traces de son mentor, il s'est taillé une réputation plus qu'honorable au sein de la haute société humaine et vampirique, il y est influent et respecté. Il tra-vaille au rayonnement de son clan à travers le pays et au delà. Il s'échine en ce moment sur la réconciliation de la branche des jeunes Ventrues et des Anciens du clan, un ouvrage qui lui offre l'opportunité d'user de toute la palette de ses capacités.
Quand ses devoirs ne le cantonnent pas dans les salons, le Primogène adore aller à la chasse, que le gibier ait deux ou quatre pattes. Il ne déteste pas non plus les simulations de bataille - du paint-baIl mais à armes réelles. Qu'ont-ils à risquer ? Ils sont déjà morts.

GU5TAVE PERRIN,

PRIMOGÊNE TRUMERE

1Oe génération
Physique : Force 2, Dextérité 3, Vigueur 3
Social : Charisme 4, Manipulation 3, Apparence 4
Mental : Perception 3, Intelligence 3, Astuce 4
Talents : Commandement 2, Empathie 3, Intimidation 1, Subterfuge 3, Vigilance 2
Compétences : Conduite 2, Etiquette 3, Armes à feu 2, Furtivité 2
Connaissances : Bureaucratie 2, Informatique 2, Investigation 2, Droit 1, Langues 3, Médecine 2, Occultisme 3, Politique 2
Autres traits : Diplomatie 3, Séduction 2, Corruption 2
Disciplines : Domination 2, Augure 2, Thaumaturgie 3, Célérité 2, Occultation 2
Historique : Serviteurs 2, Ressources 4, Statut 4, Influence 4, Mentor 5
Vertus : Conscience 4, Maîtrise de soi 3' Courage i
Voie de l'Humanité :7
Volonté : 6
Apparence : Brun, joli garçon, beau parleur, un croise-ment entre le présentateur de journal télé et un vendeur d'assurance vie au porte-à-porte.
Antécédents : Les Tremeres ont désiré offrir à Paris l'image d'un clan affaibli afin de se montrer moins mena-çants. N'ayant pas vraiment l'intention de relâcher leur position à Paris, ils envisagent de jouer le rôle des inoffen-sifs vampires qu'il faut protéger contre les services qu'ils peuvent rendre en Thaumaturgie.
Pour renforcer cette image, les anciens du conseil de Vienne ont décidé de choisir comme Primogène un jeune Tremere d'une puissance qui frise le ridicule. Ses seules qua-lités sont une grande habitude de la vie mondaine, tirée de sa vie de mortel. Opportuniste, il suivra la majorité et sera incapable de prendre une décision politique sans en référer auparavant à son clan.
Quiconque le fréquente suffisamment se rendra compte que derrière la façade pleine de mystères qu'il entretient à grand-peine résonne un creux profond. Le véritable pouvoir est aux mains de Satonus. Ce dernier gère les affaires du clan avec une redoutable efficacité. Il évite scrupuleuse-ment Gustave qui ne soupçonne même pas son existence.

SATORIUS, DIRIGEANT DE LA FONDATION TREMERE

7e génération

Physique : Force 3, Dextérité 3, Vigueur 4
Social Charisme 4, Manipulation 5, Apparence 3
Mental : Perception 4, Intelligence 5, Astuce 5
Talents : Commandement 4, Empathie 2, Intimidation 3, Subterfuge 4, Vigilance 3
Compétences : Conduite 2, Étiquette 2, Armes à feu 1, Mêlée 3, Furtivité 4, Survie 2
Connaissances : Bureaucratie 3, Informatique 3, Investigation 4, Langues 5, Médecine 4, Occultisme 5, Politique 3
Autres traits : Chimie 4, Alchimie 4, Langues anciennes 3, Connaissance. Des Mages 3, Cryptographie 3, Déguisement 4
Disciplines : Domination 5, Augure 5, Thaumaturgie 6, Célérité 3, Occultation 5, Animalisme 3
Historiques : Serviteurs 2, Ressources 4, Statut 4, Mentor 3
Venus : Conscience 3, Maîtrise de soi 4, Courage 4
Voie de l'Humanité : 4
Volonté : 9
Apparence : Rares sont ceux qui l'ont vu sous sa véritable apparence. Il prend, quand il est à la cour, la forme d'un vieillard bienveillant à la Merlin l'enchanteur Il parle d'un ton enjoué et se montre sympathique envers ceux avec qui il commerce.
Son âme est aussi noire que les ténèbres qui l'ont engen-dré, c'est lui l'homme de confiance que Vienne a envoie a Paris. Efficace, brillant et totalement dénué de morale et de
scrupules, il ne sort de ses quartiers qu'en temps de crise, préférant mener ses affaires loin des yeux des autres Cainites. Il n'est connu que des vampires les plus impor-tants du clan dont la mission consiste à relayer efficacement ses ordres aux autres Tremeres ainsi qu'à faire remonter jus-qu'à lui les informations d'importance dans les délais les plus courts. Villon a des doutes sur son existence, mais Satonus joue impeccablement le jeu serré du chef occulte. Il noie les rares bribes d'informations sur ses activités dans un flot de rumeurs où on ne peut faire la différence entre le vrai et le faux.

GUSTAVE DELACROIX,
AMI DE VILLON ET RAVNOS

Génération?
Physique : Force 4, Dextérité 7, Vigueur 6
Social : Charisme 5, Manipulation 6, Apparence 5
Mental : Perception 6, Intelligence 6, Astuce 7
Talents : Athlétisme 4, Bagarre 3' Esquive 6,
Commandement 6, Empathie 5, Intimidation 5, Séduction
4, Subterfuge 5, Intuition 5, Vigilance 6, Expérience de la
rue 5
- Compétences : Animaux 4, Conduite 3, Étiquette 3,
Equitation 4, Mêlée 5, Armes à feu 4, Danse 4, Sécurité 6,
Furtivité 6, Survie 5
Connaissances : Droit 2, Investigation 4, Politique 6, Occultisme 5, Langue 6
Autres traits Larcin 6, Séduction 5, Connaissance des Ravnos 6, Connaissance des Gitans 5, Connaissance des Toréadors,
Disciplines Présence 3, Augure 5, Endurance 7, Célérité 2, Animalisme 7, Chimérie 7
Historiques Contact 6, Troupeau 5, Serviteurs 6, Ressources 6, Statut 2, Influence 2
Venus : Conscience 1, Maîtrise de soi 1, Courage 6 Voie de l'Humanité : 4
Volonté:10
Apparence : Un jeune gitan au teint halé, à la cheve-lure épaisse et brune, aux yeux marron pétillants de malice. Grand et mince, c'est un beau parleur qui s'exprime avec chaleur, il pourrait vous revendre votre portefeuille deux fois que vous le remercieriez encore de l'avoir retrouvé.
Son amitié avec Villon date de l'époque où le bateleur n'était pas encore Prince et s'acoquinait avec des gitans. Villon est l'un des rares gadge à avoir pu se lier d'amitié avec lui. Une fois devenu Prince, le Toréador et le Ravnos se sont mutuellement aidés. Le Ravnos se chargeant du contrôle du milieu du crime, nul ne pouvait plus par ce biais acquérir du pouvoir à Paris. Villon n'a jamais reconnu publiquement son allié, il s'est contenté de lui offrir un fief dans le nord de Paris et de laisser un flou artistique sur leur relation. On ne peut dire, durant leurs rencontres, qui manipule qui. C'est un jeu qu'ils adorent pratiquer et dont ils sont tout deux gagnants. Quand il ne désire pas se mouiller, Villon fait appel à ses services. C'est alors que le Ravnos prend l'identité de Gustave Delacroix, haut digni-taire de la Cour et Toréador, pour réaliser ses missions à Paris. Il utilise bien d'autres apparences selon les requêtes du Prince.
Il est le co-artisan du faux assassinat de Villon, un moment très plaisant de sa vie et l'un des plus beaux tours qu'il ait jamais réalisé. De retour à Paris, c'est chez lui que Villon se cache avant qu'Isabelle ne le prévienne du moment propice de son retour.

FRANÇOIS VILLON, PRINCE DE PARIS

5e génération

Chacun a sa vision du Prince de Paris et de ses capacités, ses facettes sont tellement diverses caractéristiques serait le trahir
Considérez seulement qu'il possède Présence à 7, Augure à 7 et que les caractéristiques qui sont parus par ailleurs étaient ce que Villon voulait bien montrer, pas ce qu'il pouvait être vraiment capable de faire.

Police utilisée : nosferatu

Retour